C’est la journée internationale de Arrêtez Tout On Chiale Avec Les Plus Grands Terroristes de la Planète parce que pour une fois c’était pas les USA qui bombardaient un pays d’Amérique du Sud ou du Moyen-Orient.

Seulement voilà : une vaste majorité de la planète s’en tape complètement et envisagerait de montrer un peu d’empathie si les plus gros bizuteurs autoritaristes du monde se prenaient une douzaine d’avions en plus sur la tronche avant de ne pas pouvoir soigner les victimes parce que la sécu c’est forcément communiste et que quand on est un pays du tiers-monde avec une Rolex, on s’en sort pas.

Le onze septembre 2001, c’est 2977 victimes lors des attentats et une estimation moyenne de 650.000 collatéraux en Irak, des chiffres qui font froid dans le dos et des preuves de la barbarie humaine et de ce qu’elle accomplit avec un peu de folie religieuse nationaliste. Malgré cela, on peine à se sentir triste pour nos voisins du nouveau monde. On se sent triste pour l’Irak, pour les victimes de la démocratie américaine, pour le Chili qui se faisait bombarder il y a exactement 47 ans, on se sent triste pour les américains malades, mais le 11 septembre laisse de marbre.

Faut-il revitaliser le 11 septembre ?

Il faut l’avouer, le 11 septembre 2001 a un coté lassant. Aux USA, rien n’a changé après 19 ans si ce n’est deux ou trois lois. Le pays attire peu, les habitants attirent moins, la culture n’évolue que dans des cuves de laboratoires. Que faire ?

Matthias Mornige, 37 ans, a réalisé une étude à l’échelle mondiale afin de déterminer si on pouvait redonner un peu de vie à ce que certains décrivent comme étant la plus grande tragédie du 21è siècle après toutes les autres. Plus de 250.000 personnes ont été interrogées dans 50 pays et les résultats sont clairs : ce n’est pas le 11 septembre qui doit revenir à la mode, c’est la décence. « Dire aux yanks de la fermer et d’arrêter de tout péter » a reçu un avis favorable de la part de 81% des personnes ayant participé à l’enquête et pourrait rendre le pays (et sa population) bien plus sympathique.

Sur Twitter, d’autres essaient de comprendre la mentalité américaine avec le #AllBuildingsMatter, reste à voir si l’on en tirera quelque chose.

Commentaires facebook