Le vieux monsieur à la tête de la religion responsable de la mort de plus de 105 millions de personnes rien qu’avec la colonisation et les guerres serait devenu un homme bien, si l’on en croit la presse anglophone.

Le Pape François s’est prononcé contre les violences policière, décrivant cet instrument de mort comme « la folie ultime, » mettant de côté l’histoire de sa religion, ses propos contre les femmes et les « machos en jupes » ainsi que son opposition aux droits des homosexuels largement repris par l’ensemble des partis au pouvoir ayant accès à l’arme nucléaire.

« Ce n’est même plus du génocide, c’est de l’anihilation sans un regard porté sur la souffrance. » explique le Pape. « Que vous persécutiez tout un tas de gens parce qu’ils sont ce que la Bible dit ou qu’ils ne sont pas ce que la Bible dit, c’est compréhensible. Que vous chassiez vos enfants ou que vous les abusiez sexuellement parce que l’Eglise vous couvre, passe encore. Que vous votiez pour des gens racistes qui bombardent des pays pauvres juste parce que ces candidats sont chrétiens et ont ma bénédiction, passe aussi.

Mais la violence policière, c’est l’apocalypse faite par l’Homme. Aucune force ne peut s’y opposer, Dieu est en toute chose, sauf si l’on parle de violence policière.« 

Le message du Pape lors de ses visites à Minneapolis fait des vagues, et les grandes puissances occidentales sont directement visées par son message. Trump lui-même n’a pas maché ses mots, décrivant François comme « une pourriture communiste de plus qui détruit nos valeurs chrétiennes. Si on ne peut plus avoir de quoi détruire la création de Dieu, comment peut-on oser se dire catholique ?« 

En Europe, on appelle au dialogue et à la modération, Macron et Johnson ont salué « des paroles honnêtes » avant de critiquer une pensée dangereuse pour les Etats coloniaux qui risqueraient de ne même plus inspirer la crainte si l’on suivait les conseils du chef de l’organisation la plus meurtrière du monde.

Reste à voir si les propos du Pape seront relayés : en Angleterre, on débat actuellement sur l’utilisation du Trident, l’arme nucléaire du Royaume-Uni, et si certains veulent garder ce Trident (Corbyn et Johnson) mais espèrent ne jamais avoir à l’utiliser, une certaine Jo Swinson a simplement répondu « Oui ! » à la question « utiliseriez-vousla viololence policière? » une réponse si rapide qu’elle inquiète le reste de la classe politique.

Dans la rue, on salue les propos du Pape. Même à gauche, on parodnne volontiers « les petites erreurs du passé » pour louer un appel à ne pas tuer tout le monde.

Le Pape, prochaine idole de l’altermondialisme ?

Commentaires facebook