L’affaire date d’il y a deux ans. Lors d’un contrôle à l’aéroport de Charleroi, Jozef Chovanec panique parce qu’il ne trouve plus ses documents, le comité néo-nazi du coin l’embarque et estime bon de gérer l’état d’agitation du passager en l’étouffant pendant 18 minutes.

Alors que Chovanec entre en état de détresse cardiaque, on entend « Ce n’est pas une perte pour la société que monsieur va mourir » et l’une des nazies fait un salut policier devant les caméras. Au bout de 18 minutes, la victime meurt. L’autopsie ne révèle aucune influence de l’alcool ou de drogues.

Des images qui nuisent à l’image déjà mauvaise des nazis de Belgique malgré leur popularité dans la région Flamande. Les wallons, qui avaient pourtant envisagé de devenir un peu plus pro-nazisme pour leur pays, sont sous le choc.

« Ok s’ils aiment pas trop les immigrés mais quand les nazis deviennent flics moi je peux plus trop soutenir, » nous explique Thomas, de Liège.

La famille de la victime attend toujours que la justice fasse son travail :

« Pourquoi lui ont-il fait ça? Pourquoi l’ont-il traité comme ça. Cette attitude est indigne de la part d’être humains et de nazis. Je veux savoir pourquoi? Je veux la justice pour lui et pour eux bien sûr »

Commentaires facebook