« Il parle de caresses. Ma femme me caresse. Lui, c’était de la masturbation ; il me touchait comme un sauvage », « Il me baissait mon short, me touchait le sexe, me masturbait, m’obligeait à me masturber et m’a demandé parfois de le masturber, de caresser son sexe… Il me retournait pour se frotter contre moi. » témoigne Stéphane Hoarau au procès de l’ex-prêtre et pédophile Preynat.

L’affaire n’en est qu’une parmi des centaines de cas signalés chaque année et de nombreux autres qui finissent sans suite. L’omerta qui sévit au sein de l’Eglise catholique rend les enquêtes et témoignages difficiles à obtenir, et la loi du silence protège les nombreux hommes de foi pédophiles.

Au cours de son procès, Preynat admet avoir été lui-même abusé sexuellement quand il était petit et avoir été « victime d’un prêtre au séminaire, d’un moniteur qui (l)e caressait sous la douche, » des faits qui prouvent que le scandale n’est pas nouveau.

À l’heure où la question du mariage des prêtres est posée pour des raisons glauques telles que « Ça limitera leurs pulsions » ou « ils se taperont des femmes majeures et c’est mieux parce que se taper des petits garçons, c’est un peu gay, » le refus de la part de l’Église de lutter activement contre la pédophilie avec tous les moyens à sa disposition et l’argent qu’elle possède grace à ses actions en bourse, le constat est hélas très clair : le système catholique est loin d’être catholique malgré les quelques témoignages de personnes qui se disent plus heureuses de prier à l’Eglise.

Se pose alors une autre question : faut-il détruire une honnête organisation pédophile corrompue pour une simple erreur de parcours ? Faut-il qu’une poignée de fidèles qui refusent de se faire violer et refusent qu’on tripote leurs enfants décide du sort d’une entité vieille de près de vingt siècles ? Faut-il laisser d’innocents catholiques détruire le fondement d’une respectable usine à violeurs ?

La réponse du gouvernement est « il faut trouver un juste milieu » et un immobilisme presque religieux. Macron lui-même a condamné les coupables arrêtés mais appelle à « une coopération entre les deux parties » et souhaite qu’un juste milieu soit trouvé. Des emails leakés de chez LREM font état d’un projet d’offrande de mineurs contre taxation de l’Eglise et autogestion par l’Eglise de la remise en état de ses tas de pierres vétustes, mais n’est-ce pas déjà aller trop loin ?

À droite, on s’insurge et condamne déjà la mesure, on défend le droit à l’irresponsabilité, tandis qu’à gauche on s’agace du cynisme omniprésent dans les pseudo-réformes du gouvernement.

L’Église, une entité bientôt condamnable au pays de Polanski ?

Commentaires facebook