« Mercredi, j’expliquerai, avec beaucoup de détails, le dispositif qu’on veut construire. Et je continuerai ensuite à l’expliquer » disait le premier ministre au JDD il y a deux jours.

Un incident technique va lui éviter des explications mais risque de lui coûter son poste. Au cours d’une réunion avec une dizaine de députés et députées LREM, le premier ministre a oublié de couper son micro et n’a pas pu empêcher toute l’Assemblée nationale d’entendre ses propos deux minutes avant de s’adresser à l’ensemble de ladite assemblée.

Le trait d’humour passe mal : sans révéler l’âge de départ à la retraite, il a clairement montré que le gouvernement n’avait aucune intention de faire plaisir aux grévistes :

« Nos concitoyens ont des attentes sur la question de la retraite. Le but c’est qu’ils comprennent qu’ils peuvent attendre encore un peu. Honnêtement ils pourront prendre leur retraite à 60 ans s’ils meurent à 60 ans mais faut pas se leurrer, on va devoir augmenter le temps de travail et l’âge de départ à la retraite. Faut juste trouver un moyen de faire passer la pilule.« 

L’indignation est instantanée dans l’Assemblée Nationale, le premier ministre se fait huer dès son entrée, Mélenchon lui lance ce qui semble être une bouteille remplie d’urine, Marine le Pen crie à la diabolisation incessante de son parti. Un groupe de Femen est immédiatement entré dans les locaux de l’assemblée tout comme 47 gilets jaunes et monsieur Martinez avec un stand à merguez, venus montrer à quel point la réforme les indigne.

J’ai pas tout suivi mais j’ai des merguez, quoi ? Non pas de Chipos Denis.

Monsieur Martinez

Edouard Philippe n’aura pas le temps de s’expliquer et fuira les locaux, escorté par deux gardes du corps. Reste à savoir ce qui sera annoncé demain, et si les députés et députées auront envie de l’écouter.

Commentaires facebook