Les avocats véreux en avaient rêvé, les Républicains l’ont fait : un procès dans lequel les témoins ne peuvent pas témoigner. S’il est quasi-assuré de rester au pouvoir grace au sénat républicains qui ne votera pas à 2/3 des voix pour sa destitution, Trump reste tout de même inquiet.

En effet, si l’on regarde de près les méthodes employées au cours du procès du président des Etats-Unis d’Amérique pour corruption et tentative de collusion, on constate rapidement que malgré les preuves accablantes, tout est fait pour arriver au non-lieu. Trump est habitué à ce résultat puisqu’il a réussi à éviter presque toutes les condamnations pour des crimes qu’il avait pourtant avoué avoir commis (détournements de fonds « that makes me smart, » agressions sexuelles dont il se vante dans un enregistrement, destruction de propriétés privées pour le développement de son entreprise…) mais cette fois-ci, le contexte est différent.

Une source de la Maison Blanche dont CNN n’a pas révélé le nom a transmis un enregistrement audio dans lequel Trump fait part de ses inquiétudes à Mike Pence, le vice-président :

« Le problème tu vois, c’est que nos fans m’aiment parce que je suis coupable. Je suis pas condamné, parce que je suis très intelligent, mais je suis coupable de plein de trucs qu’ils savent. Mais si là on me déclarait innocent, parce que ça arrive des fois hein on en parle jamais mais ça arrive, ben mes fans se diraient que je suis faible, que je suis une mauviette.« 

Le vice-président rassure le président et lui explique qu’un non-lieu n’empêchera pas le parti de montrer qu’il y a eu crime mais qu’on peut « s’en taper. »

L’enregistrement fait peu réagir la population trop habitué aux sorties affligeantes des républicains mais fait grincer des dents quelques mouvances d’extrême-droite. Dans l’Alt Right, on déplore une forme de manipulation par le crime positif « alors que rendre le crime légal serait plus simple, » tweete 88KKKommander à ses 1250 followers.

Reste à voir le verdict du procès.

Commentaires facebook