Une fois n’est pas coutume, l’ancien satirique Charlie Hebdo n’a pas pu résister à l’envie de critiquer Erdogan sans intégrer une provocation islamophobe peu utile. Autrefois versatile, la rédaction de Charlie Hebdo peine à se renouveler et n’a depuis quelques années qu’une blague recyclée selon la tendance boomer du moment.

Malgré quelques tentatives (on saluera tout de même quelques dessins engagés contre le système politique, le pouvoir et ses abus) Biard et Riss misent régulièrement sur du ouinouinlibertéd’expressionlesbougnoules et de moins en moins sur une culture qui imprégnait autrefois Hara Kiri puis Charlie Hebdo et nombre d’autres magazines satiriques au ton grinçant.

Conscient de son essoufflement, Charlie Hebdo s’est mis…à lire. Le Coran, plus exactement une traduction publiée par Eric Zemmour dans laquelle la moitié des mots sont remplacés par « couper« , ou « Allahu akbar » avec des dessins des symboles de la République Française en flammes. Le but ? Trouver un deuxième sujet de blagues pour changer un peu tout en satisfaisant un lectorat essentiellement pro-système. Est-ce que ça marche ?

Oui.

C’est Riss qui a lâché un indice en passant brièvement devant les caméras de TF1, qui l’auraient inspiré. « Au lieu de taper sur ce qui unit déjà les français dans l’agacement, on a décidé d’élargir notre panel en tapant sur d’autres trucs que les gens ne pigent pas. On va s’en prendre aux squatteurs, aux féministes et aux français des DOM-TOM, surtout ceux avec les ongles longs, sans jamais les écouter.« 

Le plomb dans l’aile pourrait disparaître.

Commentaires facebook