La rédaction du Figaro a publié un edito dans lequel elle a présenté ses excuses pour avoir fait de la pub au journal d’extrême-droite complotiste « Le Figaro. »

Ce journal, qui publie et diffuse régulièrement des théories du complot telles que le grand remplacement™, reprend des codes utilisés par un autre journal d’extrême-droite nommé « Le Figaro » dans les années 20 contre les juifs et les applique aux musulmans, soutient les violeurs et appelle les femmes à se soumettre, est devenu célèbre en grande partie grace à la cupidité peu scrupuleuse du Figaro.

« Une rédaction machiste« , « à chaque fois qu’une femme est nommée à un poste de responsabilité, ça fait jaser« , un « sexisme à l’ancienne, » Le Figaro ne s’est pas contenté de diffuser mais s’est également imprégné de la nocivité du « Figaro » dont il s’inspire.

Sans pour autant s’engager à cesser d’engager des polémistes et à les faire passer pour des gens pertinents, le Figaro « regrette la diffusion de quelques idées racistes et potentiellement génocidaires qui pourraient amener le lectorat à associer un journal célèbre avec la réputation d’un torchon fasciste déjà critiqué avant la deuxième guerre mondiale. La rédaction du Figaro se désolidarise des prises de position du journal « Le Figaro » et s’engage à ne plus publier que du contenu de droite dure et catholique dans le cadre légal.« 

Rassurant, mais peu probant : ce matin encore, Le Figaro publiait un article pour soutenir un organisme anti-avortement et critiquer les femmes et les personnes LGBT, un article qui reste légal mais ne cache pas son opposition à des droits fondamentaux en France.

Un début ?

Rien n’est moins sur. Après la ligue du LOL, l’interview de Macron chez Valeurs Actuelles ou la vaste diffusion de propos mal informés et extrêmement haineux de Zemmour, la presse française a beaucoup de boulot avant de redevenir une source d’information et cesser d’être une industrie de l’agacement profitable.

Le Monde s’excusera-t-il d’avoir créé un décodeur au lieu de fact-checker avant de publier ? Libération arrêtera-t-il de poser des questions dont la réponse est dans l’article ? L’Obs pourra-t-il avouer que diffuser des théories antivax et anti-sciences était une erreur ? Le Gorafi admettra t’il qu’il a arrêté de faire de la satire pour préférer des vannes Boloré-compatibles et palper l’oseille du Kapital ?

Seul l’avenir nous le dira.

Commentaires facebook