C’est un grand jour pour le Vatican et l’Eglise catholique : après avoir refusé d’autoriser les hommes mariés à devenir prêtres, une décision qui avait déçu nombre de fidèles, le Pape François a expliqué son geste avant de prendre une autre décision : autoriser les pédophiles mariés à devenir prêtres.

Il s’est exprimé ce matin en direct du palais apostolique :

« Je sais que ma décision a pu choquer, mais je ne pouvais pas laisser n’importe quel homme marié devenir prêtre. Ce n’est pas tant un refus que du perfectionnisme, je souhaite que nos prêtres mariés aient une forme d’expérience du métier. C’est pourquoi les pédophiles mariés pourront devenir prêtres, mais pas ceux qui n’ont jamais eu de relations sexuelles avec des mineurs.« 

La décision choque chez les fidèles comme chez ceux et celles qui ne soutiennent pas la pédophilie. Pour Matthieu, 22 ans, qui a grandi dans une famille catholique mais est rapidement redevenu athée, c’est « un moyen ignoble de s’assurer que l’Eglise reste entre les mains de vieux conservateurs prêts à faire payer les fidèles pour leurs souffrances.« 

La droite catholique, aux Etats-Unis comme en France, critique également l’engagement du Pape François. François-Xavier Bellamy, coprophage à temps plein et membre des Républicains, craint que « les nouveaux prêtres soient pointés du doigt, après tout s’ils deviennent prêtres en étant mariés, avec cette loi, c’est comme s’ils se dénonçaient. En tant que français, je ne peux pas cautionner ça. » -des propos largement diffusés par les étudiantes en droit sur les réseaux sociaux.

Quel avenir pour les jeunes victimes ?

Probablement aucun. Le Pape vient plus ou moins d’annoncer une mesure qui fait de la pédophilie un prérequis légitime pour un emploi, ce qui risque de rallonger encore plus les procédures judiciaires nécessaires pour qu’un prêtre pédophile soit enfin attaqué en justice.

Commentaires facebook