Nouvelle sortie peu habile du président de la République Française, qui a ce matin expliqué aux ministres que le gouvernement devait soutenir les forces de l’ordre.

C’est Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer, qui a volontairement fait fuiter l’information devant les journalistes :

« Sur ce coup-là, je ne suis pas entièrement d’accord avec monsieur macron. Quand il dit que c’est la responsabilité d’un homme à terre de ne pas se faire frapper, je le soutiens mais je trouve difficile de le défendre. Bien sûr que le gouvernement veut faire passer ses réformes par tous les moyens, mais je me demande si une petite condamnation sans mise à pied n’aurait pas été appropriée.« 

L’exécutif dément les propos mais son attitude contredit fortement ce démenti. L’IGPN risque d’innocenter le dernier policier accusé de violences, et Castaner semble trop occupé à s’attirer les faveurs de Macron pour montrer de la compassion. Il défend d’ailleurs depuis plusieurs jours les policiers sur Twitter, une attitude qui fait grincer des dents puisque l’opposition s’accorde à dire que les manifestations et les conflits sont la conséquence de la violence sociale des réformes proposées par le gouvernement.

La situation reste tendue même si la grève semble s’affaiblir.

Commentaires facebook