« Vous aurez jugé vous-même, Messieurs, qu’on s’est écarté dans plusieurs occasions récentes des intérêts de nos serfs les plus essentiels; mais l’esprit dominant de vos délibérations répondra aux véritables sentiments d’une Nation généreuse, et dont l’amour pour ses Rois a toujours fait le caractere distinctif : j’éloignerai tout autre souvenir.« 

C’est avec un trait d’humour peu commun que Louis XVI a commencé son discours devant l’Assemblée Nationale ce matin. L’ex-roi de France a tenu à rappeler aux députés et députées l’importance d’écouter un minimum le peuple :

« Je connois l’autorité et la puissance d’un Roi juste au milieu d’un peuple fidele et attaché de tout temps aux principes de la République : ils ont fait la gloire et l’éclat de la France; je dois en être le soutien, et je le serai constamment. Mais n’oublions point que cette générosité populaire, le Peuple donne, le Peuple reprend. Comme l’avoit dit Joseph Ignace Guillotin il y a plus de deux cent trente ans, « Avec ma machine, je vous fais sauter la tête en un clin d’œil, et vous ne souffrez point. La mécanique tombe comme la foudre, la tête vole, le sang jaillit, l’homme n’est plus. » Mes députés et moi-mêmes avions été assez sots pour ignorer une menace réelle et légitime. J’avois saigné le Peuple avec des guerres qui ne l’aidaient pas et des impôts dont il ne verroit point les bénéfices.« 

Louis XVI a appelé le président Macron à ne pas répéter ses erreurs et l’a mis en garde contre le soulèvement de la nation qui, selon lui, « risquerait de mener à moins de pouvoir pour une classe dirigeante déjà perçue comme illégitime. Qui veut garder son autorité ne la met pas constamment à l’épreuve. Soyez magnanimes, messieurs Macron et Philippe, soyez généreux, et peut-être le Peuple vous autorisera-t-il à rester au pouvoir et le mener vers l’inconnu. Un 49-3 est moins fort qu’une guillotine, et ne vaut pas vos vies.« 

Macron n’a pas très bien pris la déclaration du roi puisqu’il a rappelé qu’il était « monsieur le président, pas monsieur Macron » et qu’un « roi mort décapité n’avait de toute évidence pas toute sa tête ni l’expérience nécéssaire pour parler du monde actuel.« 

Commentaires facebook