« Cette solidarité est au cœur même de l’Europe et c’est ce qui va lui permettre de renaître » si vous suivez l’actualité, vous avez peut-être lu une phrase de ce type vantant les mérites de la solidarité européenne entre les pays qui privatisent tout comme le souhaite l’ALDE, ceux qui perdent des contrats parce qu’ils veulent garder une sécurité sociale et ceux où le salaire moyen reste à 500€ par solidarité avec les pays où il serait impossible d’aller avec ce salaire.

Ursula von der Leyen n’a pas tenu bien longtemps avant d’avouer que « c’était bien entendu un poisson d’avril, l’UE est et restera un modèle social centré sur l’économie et prête à appliquer un modèle d’aides socialiste aux entreprises mais pas aux gens.« 

La présidente de la Comission Européenne a d’ailleurs échoué à dire « UE solidaire » sans éclater de rire dans la suite de ses explications :

« Nous ne voulons pas un excès de solidarité, ça nuirait à l’économie et risquerait de faire que cette même économie ne profite pas qu’à l’économie. Tout le monde y perdrait.« 

Ursula von der Leyen a vivement été critiquée par ses opposants mais aussi par certains de ses soutiens qui rêvent à des Etats-Unis d’Europe où tout habitant vit dans une misère égale à celle de son voisin.

Guy Verhofstadt, d’habitude immobiliste et néolibéral à souhait, n’a pas pu se taire : « cette vision cynique de l’UE, c’est une insulte à ses peuples. On peut se battre contre les égalités entre états-membres sans les mépriser sur plan moral. Je soutiens sans hésiter nos amis qui bénéficient moins de l’Union Européenne, et me bats pour qu’un jour les autres pays en bénéficient autant qu’eux.« 

Commentaires facebook