En burn-out, un berger plaque tout pour devenir junior marketing strategy specialist

J’ai voulu retrouver mes racines, c’est à dire sur un bureau à la Défense.

Manuel Pite

C’est une aventure peu commune que monsieur Manuel Pite à démontré dans le Cantal : vivre au vert, ce n’est pas forcément que du bonheur. Éleveur de chèvres depuis plus de 6 générations et depuis 89 avant Jésus Christ (soit environ 50 avant Michel Drucker), il a pris le soin de faire son travail minutieusement dans son petit village du Cantal. Rythmé par les saisons et le climat complexe du Cantal, son quotidien en ferait rêver plus d’un dans les grandes villes : au vert, déconnecté des réseaux, proche des bêtes et des habitants. Mais, pour Manuel, c’est un rêve qui s’est transformé en cauchemar.

« L’herbe trop verte m’a fait développer une hypersensibilité rétinienne, et l’air pur m’a fragilisé les poumons, de plus la proximité des habitants et leur générosité m’a fait culpabiliser de ne pas être assez bien et a faillit développer en moi une dépression chronique. Les gens s’imaginent qu’être à la campagne c’est le paradis, mais c’est faux, c’est un enfer car tout est trop bien et on a l’impression de ne jamais être au niveau, par exemple, l’autre jour j’ai oublié l’anniversaire d’une de mes chèvres, et bien elle ne m’a rien dit, ne m’a même pas fait remarquer, elle a fait comme si ce n’était rien alors que je ne suis qu’une merde. C’est une façon de me rabaisser d’être trop bien envers moi. Même mon travail, il a du sens et je suis utile à toute une communauté autour de moi, qui me respecte et me soutient, mais personne ne me déteste, je crois que j’en ai marre d’être si valorisé. » nous a-t’il expliqué. Ainsi, quelques mois plus tard, la décision qu’il avait déjà actée dans sa tête a été transformée en réalité.

Pour moi, revenir à Paris prendre le gris m’a paru être une évidence.

« Tout a été une vraie galère, j’ai adoré dès le premier moment. » nous a raconté Didier, alors qu’il venait tout juste de trouver un logement hors de prix dans un quartier hors de Paris. « Je paye cher mais c’est le prix à payer pour être réellement malheureux et inutile comme j’en rêve. » Il a ensuite trouvé quelques mois plus tard le job de ses rêves, en tant que marketing international in-bound strategy digital specialist, qui lui a réellement permis d’enfin ne pas être fondamentalement utile.

« Je me sens maintenant totalement remplaçable et absolument pas valorisé ou utile, mes patrons m’ignorent et la secrétaire ne se souvient même pas de mon prénom après 6 mois. J’avoue que j’en reviens toujours pas, je crois que c’est ça le bonheur. »

Pierre Girard: