Les vacances d’un moustique gâchées par la présence d’humains

De plus en plus de moustiques, qui viennent d’obtenir le droit d’avoir des congés payés après des années de lutte, se retrouvent nez à nez avec l’objet de leur travail.

J’ai dit à mon mari « pas pendant les vacances », mais ça lui a fait bizarre de voir des humains en pleines vacances.

Femme moustique

« J’ai essayé de le raisonner, de lui dire de rentrer dans la tente se coucher paisiblement et de ne plus penser au travail, mais le travail ça transforme un moustique, vraiment. » nous a confié une femme moustique, qui était pourtant partie en vacances dans un étang boueux de la banlieue de Dunkerque pour ne pas avoir à croiser d’humains.

Les congés payés des moustiques viennent juste de faire leur apparition, après des luttes acharnées des moustiques du sud de la France, regroupés dans leur syndicat « Bon Sang de bon sens ». Obtenus en mars dernier, c’est le premier été que les moustiques peuvent profiter de ce nouveau droit, 4 jours de congés dans l’étang de leur choix.

« Il faut avouer que choisir un lieux sans humains a été notre priorité, mais c’est dur, quand on les croise c’est le travail qui revient à nous en continu, parfois j’envisage même d’aller au Kazakhstan pour être tranquille, mais pour 4 jours ça ne vaut pas le coup. » a raconté au micro de nos collègues de Ouest Matin une femme moustique de quelques mois. « Hier j’ai vu un gros hollandais, même si j’étais en vacances j’ai dû aller le piquer, vous savez on a ça dans l’ADN. De plus, je ne sais pas si vous savez ça vous les humains, mais on a tout un rituel avant de piquer. »

Le rituel ? Rien de plus simple que surtout se montrer, narguer. « L’idée est de tourner autour de notre proie jusqu’à ce qu’elle se réveille, puis d’attendre qu’elle s’endorme pour voler à basse altitude et lui faire vivre un calvaire. C’est quelque chose que notre chef nous a appris il y a des générations, et même si ce n’est pas très gentil, c’est la règle. Comme vous quand vous faîtes un rappel après un concert, ça n’a aucun sens, mais c’est la règle. »

Comme ceux-ci, de milliers d’autres moustiques ne profitent ainsi pas totalement de leurs vacances, à cause de la présence envahissante mais nécessaire d’humains.

Pierre Girard: